Les élections régionales interviennent dans un contexte économique national douloureux : endettement public quintuplé en 35 ans pour dépasser 95% du PIB, dette publique multipliée par 30, perte de compétitivité avérée des entreprises françaises face à ses voisins européens, chômage de masse à plus de 10% de la population active…

Si le constat s’impose de lui-même, si les solutions sont assez largement partagées (réduction du déficit public, de la dépense publique et de l’endettement public, allègement des prélèvements obligatoires pesant sur les entreprises, etc…), la Collectivité Territoriale de Corse doit jouer un rôle prépondérant dans la reconquête de compétitivité des entreprises et dans l’assainissement des finances publiques dont la Corse a tant besoin.

Les entreprises attendent du futur exécutif régional, une attitude constructive à leur égard, une politique de l’offre favorisant leur compétitivité, l’amélioration de leur écosystème et la sobriété en matière de dépenses de fonctionnement, pour inverser l’évolution de la fiscalité locale qui a augmenté de 24% entre 2011 et 2014 comparé à 11% en moyenne nationale.

Plus que jamais, la campagne électorale ne doit pas constituer un moment de surenchère électoraliste et démagogique, structurée par des promesses de dépenses publiques toujours plus élevées. L’heure est grave ! Ces élections doivent montrer la capacité candidats à conjuguer démocratie, réalisme économique et satisfaction de l’intérêt général à long terme en se gardant de prôner des politiques qui sont au final financées par les générations futures, au mépris des plus élémentaires règles morales.

Nous appelons de nos vœux à une campagne électorale à la hauteur des enjeux économiques et sociaux de la Corse. Une campagne de courage, de dignité, principalement axée sur l’entreprise, et les conditions de son développement. L’emploi, la cohésion sociale de la Corse, en dépendent.  Puisse cette campagne électorale y concourir sereinement. Nous, chefs d’entreprise souhaitons rassembler et non cliver. Il ne s’agit pas d’opposer les difficultés des entreprises à celles de nos salariés, des chômeurs ou des fonctionnaires. L’entreprise est seule créatrice de richesses, d’emplois, d’intégration et d’épanouissement des hommes et des femmes.

Notre région a les atouts essentiels à son développement. La relance est à notre portée… à condition de permettre aux entreprises de travailles dans un environnement favorable. La réussite doit être collective !

Pour consulter les 7 priorités cliquez ici